Recherche

ou et exact

Secteur d'activité

Le mardi 11 octobre 2016

Nouvelles

Des patients de partout à la Coopérative de santé du nord de la Petite-Nation

Publié par : Coopérative santé du nord de la Petite-Nation

Après quelques mois d'opération, la Coopérative de santé du nord de la Petite-Nation constate qu'elle dessert davantage que le nord de la Petite-Nation.

L'infirmière praticienne spécialisée (IPS), Chantal Nadon, travaille à la coop installée à Chénéville une fois par semaine depuis le 5 juillet 2016 alors que le médecin Mathieu Guilbault y est présent une fin de semaine par mois depuis janvier.

Parmi les données fournies par la coopérative, 83 patients qui ont été vus depuis janvier 2016 proviennent de Chénéville alors que 30 patients proviennent de Saint-Émile-de-Suffolk, 27 de Namur et 21 de Boileau, de Duhamel, de Saint-André-Avellin et de Lac-Simon. Treize habitent à Lac-des-Plages et à Notre-Dame-de-la-Paix alors que trois résident à Montebello, dix à Montpellier et à Papineauville, deux à Saint-Sixte, seize à Ripon et quatre à Plaisance. Seize patients proviennent d'ailleurs que la MRC de Papineau.

Afin d'inciter la population à utiliser les services qu'offre cette coop, le député de Papineau, Alexandre Iracà, y est devenu le 639e membre, lors d'une conférence de presse qui s'est tenue le 11 octobre dernier.

Il a donc payé sa cotisation de 50 $. Il n'existe pas de cotisation annuelle dans cette coopérative qui survit grâce à la location des loyers. Par exemple, on y retrouve, en plus de la super infirmière et du docteur Guilbault, un kinésiologue, une acupunctrice, Aux Petits soins d'Albert et une infirmière spécialisée en soins podologiques.   

Pour M. Iracà, c'est important d'encourager cette coop qui a comme mandat de rendre accessibles des services de proximité de première ligne pour répondre aux besoins de services de santé et d'une communauté.

«C'est très positif actuellement et je ne veux pas qu'on s'assoie là-dessus, je veux qu'on me trouve des arguments pour qu'on puisse augmenter le nombre d'heures de l'infirmière praticienne spécialisée», mentionne-t-il,

Selon lui, il est important de faire changer les habitudes des patients qui optent plutôt vers Hawkesbury. «Si les gens viennent ici à la place, on ne sera pas obligé de donner de l'argent en Ontario. On va le garder chez nous», indique-t-il.

L'IPS, Chantal Nadon, rencontre en ce moment entre 20 et 24 patients par jour. «Le besoin est là», affirme-t-elle.

Mme Villeneuve a profité de l'occasion pour informer M. Iracà qu'il serait préférable d'informatiser rapidement la clinique afin d'effectuer de meilleurs suivis avec les patients surtout que docteur Guilbault travaille déjà à temps plein à Sainte-Agathe-des-Monts.

Source
: www.lapetitenation.com

Boîte à outils

En savoir plus